Présentation d’Exporterre

Carte tracée par Jean Lin – Cartes et lignes d’erre, L’Arachnéen, 2013

Présentation : L’approche « Exporterre » vise à repérer, cartographier et fédérer des initiatives, des savoirs faire et des compétences à l’échelle d’un territoire. Cette cartographie est une première étape pour la mise en place d’actions, de rencontres et projets concrets de développement économique, dans le respect des hommes et de l’environnement, pour renforcer l’identité d’un territoire et développer des coopérations extérieures.

Mot Clef : coopération, savoir-faire, économie, endogène, cartographie, patrimoine, production, export, transcalaire, écoosystème

Atlas of Utopias 2019 : Popular Urbanism Workshop (APU)

The Popular Urbanism Workshop (APU) was created by residents in Villeneuve, Grenoble, to develop a collective alternative to the demolition of social housing and the urban transformation being imposed on their neighbourhood, and to support alternative proposals – proposals that have since influenced urban renewal in the town, and prevented some demolitions.

By developing advocacy activities, intervening in public meetings, challenging the municipal council, and organising press conferences and demonstrations, residents made public their proposals and pressed local institutions to take them into account. And through organizing local assemblies in which residents developed these proposals (disseminating them among technical staff and councillors), and through appearing in local media, residents influenced the debate.

To date, an estimated 500 people or more have been empowered to participate in at least one APU activity in Villeneuve in relation to urban planning. The most significant outcome is the incorporation of many APU proposals in the new urban renewal project, particularly in relation to the environment, education, governance and the economy. APU’s opposition strategy succeeded in preventing the demolition of social housing at 130 galerie de l’Arlequin and led to the creation of a shared garden, Terres Neuves.

« In times of rising right-wing aggressive and regressive politics, the combination of different kind of strategies to both protect and advance social justice issues at local and national level reveals a notable political maturity. The combination of resistance and support to on-going urban struggles, along with awareness raising, capacity-building and collective elaboration of community proposals is highly inspirational. »

– Lorena Zárate

https://transformativecities.org/atlas-of-utopias/atlas-40/

Webdoc’ Faire la Ville en Commun !

Du 22 août au 26 août 2018, à l’occasion de l’Université d’été rebelle et solidaire des mouvements sociaux et citoyens organisée à Grenoble, plus de 300 personnes ont participé au premier Commonscamp rassemblant des militants des communs, du municipalisme et du droit à la ville.

Un an après cet événement fondateur, nous avons le plaisir de vous présenter le webdocumentaire « Faire la ville en Commun » qui retrace les quatre journées du Commonscamp. A travers ce parcours numérique – mêlant textes, photos et illustrations – nous vous proposons de revenir sur cette expérience inédite.

Voir le webdocumentaire : https://uneseuleplanete.org/Le-Commonscamp-imaginer-la-ville-en-commun

Luttes de quartier et Droit à la Ville à Grenoble

Introduction

D’une crise à l’autre. De la crise économique de 2008 à la crise de Covid-19. Nous avons subi l’impact des coupes dans les services publics et nous avons vu les communautés et les militants réagir en créant des espaces d’entraide et d’auto-organisation pour prendre en charge collectivement les soins avec une conception inclusive du soin : non seulement en donnant accès aux services et équipements médicaux, mais aussi en offrant une solidarité sous forme de soutien psychologique, de défense contre la violence domestique, pour le logement et le maintien des revenus et pour un accès à la culture.La crise de la COVID-19 n’est pas seulement une crise de santé publique tout comme la crise économique ne sera pas seulement une crise de la dette. Séparer les deux est artificiel. Dans la perspective de l’évènement organisé en décembre 2020, il a été proposé aux participants du projet « Horizon Communs » de présenter des initiatives et de réflexion partagée sur les façons dont les militants se sont organisés en réponse à ces crises.
Nous avons essayé de rassembler quelques initiatives menées à Grenoble, plus particulièrement dans le quartier emblématique de la Villeneuve

MARS 2020: Solidarité de voisinage

La pandémie de COVID-19 s’est diffusée en France à partir du mois de mars 2020. Dès la mi-mars, tous les espaces publics ont été fermés pour confiner la population à domicile. La mise en place du confinement coïncidait avec le premier tour des élections municipales. Pendant deux mois, l’accès aux espaces publics étaient très réduits. Cette période a été marquée par une extraordinaire solidarité des habitants et une mobilisation exceptionnelle des services publics, en particulier dans le domaine de la santé.

A Grenoble, la première mobilisation des habitants a porté sur la réouverture des marchés pour assurer l’accès et le soutien aux producteurs locaux de fruits, légumes, œufs… Cette mobilisation s’est d’abord déclenchée sur les réseaux sociaux a été rapidement relayée par le maire de Grenoble qui a obtenue la réouverture des marchés dès la première semaine du confinement.

Des groupes d’entraides se sont mis en place à l’échelle des immeubles, des quartiers et de la ville. L’objectif était d’éviter que des personnes restent isolées, avec une attention particulière aux personnes âgées. Une multitude d’initiatives ont eu lieu : distribution de nourriture, confection de masque en tissu, courses pour des personnes âgées ou en mobilité réduite, soutien scolaire à distance, chorale d’habitants…

AVRIL 2020:Prendre soin de Villeneuve

Durant le confinement, notre espace public a pris d’autres formes. Evidemment, il y avait de nombreux échanges sur internet, mais nous avons remarqué également d’autres initiatives qui utilisaient la fenêtre comme un nouvel espace public. Comme le disait l’architecte Hundertwasser, les habitants ont un droit à la fenêtre.

A Grenoble comme ailleurs en Europe, les habitants se sont positionnés aux fenêtres pour applaudir l’ensemble du personnel de santé, chaque soir à 20h. A la Villeneuve de Grenoble, des habitants et plusieurs musiciens ont chanté tous les soirs à 18h depuis leurs balcons et leurs fenêtres. Cette initiative a été relayée par des médias locaux qui ont permis de diffuser une image positive du quartier. On pouvait entendre des chansons antifasciste comme Bella ciao et des chansons écrites par Marie Mazille et Franck Argentier qui a été fortement diffusé sur les réseaux sociaux.

Plus d’infos: https://www.lecrieur.net/au-170-la-musique-se-joue-confinement/ and https://www.youtube.com/watch?v=0w5eAOkkN18

Au delà de l’idée du « Droit à la Fenêtre », la notion de “prendre soin de notre quartier” a été exprimé comme un Horizon Commun à atteindre pour l’avenir. A partir de ce slogan, une soirée a été organisée pour construire des propositions face à la crise. Il s’agissait de soutenir et amplifier les initiatives d’entraide et de solidarité, de relayer la campagne sur le moratoire des loyers et des charges et de formuler des propositions pour imaginer l’avenir, prendre soin du quartier et favoriser le bien être des habitants dans cette période difficile.Au cours de cette rencontre, les habitants et associations ont pu partager de l’information sur les activités mutuelles.

De nombreuses initiatives de solidarité et d’entraide ont été présenté, par exemple en le soutien à des familles en difficultés oula diffusion d’activités culturelles. Pendant le confinement, Madame Ruetabaga et la Maison des idées ont par exemple réalisé, un petit kit à destination des enfants pour qu’ils produisent des livres. La salle se spectacle, l’Espace 600, a mené un projet intitulé “les personnes au bout du fil” tandis que des personnes du village Olympique ont proposé de réalisé des dessins dans la perspective d’une exposition collective.

MAI 2020: Campagne sur le moratoire des loyers

Tout au long du confinement, des appels à la grève des loyers et des charges se sont multipliés. Le Droit au logement et les fédérations de locataires ont écrit au maire de Grenoble pour demander un moratoire des loyers au maire de Grenoble. Le groupe RIC Arlequin a diffusé le moratoire des loyers auprès de 1000 locataires de l’Arlequin. Par ailleurs, un appel à signature a été diffusé au sein des associations de Villeneuve pour apporter le soutien au moratoire. L’Alliance Citoyenne a mené une démarche complémentaire avec l’envoi d’une lettre aux élues pour demander la réduction et l’annulation des loyers et des charges de façons ciblée sur les familles qui ont des difficultés.
Lorsqu’il a été possible de se réunir dans l’espace public, les militants ont organisé des actions. Le samedi 30 mai, une quinzaine de personnes s’est réunie sur la place du marché de la Villeneuve avec un double objectif : parler de la campagne nationale pour un moratoire sur les loyers et donner le coup d’envoi d’une vaste enquête auprès des habitants de l’Arlequin sur leur perte de revenus pendant le confinement.

Comme l’a précise Raphaël Beth dans un article publié dans le Crieur de la Villeneuve : « Les bailleurs sociaux ont ouvert des démarches, au cas par cas, en cas de difficulté pour payer le loyer. Or, il faut pouvoir prouver sa perte de revenus pour bénéficier d’une aide. Quand ce sont des revenus informels, ce n’est pas possible de le faire. L’enquête, via des questionnaires à remplir, pourra montrer l’ampleur de la perte de revenus des locataires.» (Voir https://www.lecrieur.net/une-enquete-sur-les-pertes-de-revenu).

JUIN 2020:Plaidoyer pour le Droit à la Ville

Lors du premier tour des élections municipales en mars 2020, des organisations d’habitants de Grenoble, Lyon et Marseille ont initié la campagne « L’Agenda pour le Droit à la Ville » qui a permis de rassembler 350 propositions. La fin de cette campagne de plaidoyer avait été marquée par la mise en place du confinement qui coïncidait avec le premier tour des élections municipales.
Pour le second tour qui se déroulait le 28 Juin, les organisations d’habitants ont décidé de mener une nouvelle campagne de plaidoyer pour mettre en débat nos revendications pour la construction d’un agenda pour le droit à la ville. Pour répondre à cette crise, deux ensembles de propositions semblaient prioritaires :

– Un plan d’urgence pour le logement et la ville 

  • la suspension du loyer et des charges pour les familles en difficulté ,
  • l’interdiction des expulsions sans solution de relogement
  • un fonds de compensation pour les bailleurs et les services publics locaux impactés.

Ces mesures d’urgence sont à intégrer dans un plan exceptionnel pour le logement et la ville co-construit avec les habitant-e-s, dans le respect des règles environnementales, visant à

  • Inscrire l’objectif de 30% de logements sociaux pour 2030 dans le Plan local de l’habitat et à l’échelle des quartiers pour lutter contre la ségrégation urbaine,
  • augmenter substantiellement le nombre de place en hébergement pour répondre à l’objectif zéro personne à la rue.

–  La démocratisation de la fabrique de la ville 

Depuis des années, les organisations d’habitant-e-s exigent d’être associées à la fabrique de la ville. Malgré la réforme de la politique de la ville en 2014 qui a introduit le principe de co-construction, les changements concrets se font toujours attendre.

Pour remettre les habitants au centre de ces projets, nous demandons de:

  • Ouvrir à tous les citoyens et leurs représentants les instances techniques et politiques des projets urbains pour assurer la transparence de l’action publique et la véritable co-construction des projets.
  • Instaurer des instruments de démocratie directe, tel le référendum d’initiative citoyenne, pour favoriser l’expression réelle des premiers concernés.
  • Mettre en place des moyens financiers spécifiques, tels le fonds d’initiative citoyenne ou le 1% citoyenneté, pour doter les habitants des moyens nécessaires à une expertise indépendante et à la reconnaissance de leurs savoirs d’usage
  • Démocratiser le fonctionnement des bailleurs sociaux à travers la gestion urbaine de proximité et la co-construction des opérations de réhabilitation.
  • Réformer l’agence nationale de rénovation urbaine à partir d’un projet de loi pour renforcer la mise en œuvre de l’agenda pour le droit à la ville (voir annexe).

JUILLET & AOUT 2020: Réappropriation de l’espace public

Après ces longues semaines de confinement, tout le monde avait le désir de passer tout l’été au grand air, de discuter avec ses voisins à l’ombre d’un arbre, se détendre quelques heures et retrouver sa liberté !

Comme chaque année, un collectif d’association a propose de se rassembler autour du petit lac de la Villeneuve pour se réapproprier l’espace public, pour prendre soin de soi, des autres, de notre quartier, de notre ville. Tout au long de l’été, les associations de Villeneuve et d’ailleurs ont prévu des activités, des ateliers, des contes, des démonstrations, des spectacles, des concerts, une buvette pour se rafraichir et des petits plats à déguster.

Les habitants pouvaient venir seul ou en famille, avec ses voisins de 16h à 21h pour profiter des longues journées, des après-midis ensoleillées et des douces soirées d’été ! Si l’évènement a été un réel succès populaire avec plusieurs centaines de participants, il a également été marqué par plusieurs épisodes de violence. Dès le confinement, les associations avaient alertées sur la montée des violences domestiques qui risquaient de se répercuter sur l’espace public.

La présence des associations et des habitants dans l’espace public a permis de discuter de cette situation et se donner rendez vous à la rentrée pour la quinzaine de la non-violence.

OCTOBRE 2020: Quinzaine de la non-violence

A la rentrée 2020, les habitants et associations de la Villeneuve se sont retrouvés pour la quinzaine de la non-violence organisée depuis plusieurs années. Malgré les contraintes sanitaires qui a provoqué l’annulation de nombreux évènements, il a été possible d’organiser plusieurs initiatives dont une rencontre au café associatif « Le Barathym » visant à formuler des proposition pour réinventer la prévention avec les habitants.

Cette initiative propose de s’inspirer des méthodes du leadership civique de Bogota qui a permis une amélioration spectaculaire de la sécurité de la ville entre 1994 et 2003 (source EFUS.eu). La méthode de Bogota est de promouvoir la culture citoyenne, d’aider à résoudre pacifiquement les conflits entre les personnes, d’aider les groupes les plus vulnérables de la population, réduire les risques de délit et former des acteurs clefs de la communauté à l’élaboration d’une stratégie pour renforcer la participation citoyenne et la prévention.

L’objectif est de s’attaquer aux causes de la violence et de la délinquance. Les facteurs personnels et familiaux, l’exposition à la violence, la précarité du logement, l’environnement, la scolarisation et les conditions locales, et les inégalités constituent tous des facteurs de risque liés à la délinquance, souvent exacerbés par la présence de drogues et d’armes, et le manque de possibilités de réinsertion sociale.

NOVEMBRE 2020: Villeneuve Numérique

Comme lors du premier confinement, la démarche Villeneuve Numérique s’est mise en place pour soutenir les habitants, les associations et collectifs pour continuer leurs activités à distance et soutenir les démarches administratives, etc…
Cette démarche a permis de mettre en place des outils numériques libres à disposition d’un groupe de voisin, un comité d’immeuble, une association ou collectif. Les habitants pouvaient créer des dossiers partagés sur un nuage dédiée à la Villeneuve pour partager des document collaboratifs, partager des comptes-rendus et d’autres documents. Il s’agissait de voir dans quel mesure les communs numériques pouvaient venir en soutien des communs urbains durant la période de confinement.

NOVEMBRE 2020: Hommage à André Béranger

La crise du COVID est une période qui a été profondément marqué par le décès de membres de nos communauté, soit à cause du virus ou d’autres maladies. Les restrictions sanitaires ont obligé les familles à organiser des célébrations en petit comité. A la Villeneuve, les habitants ont rendu hommage à André Béranger, un pionnier de l’Arlequin, instituteur et militant de la Villeneuve de Grenoble qui a défendu les droits humains tout au long de sa vie, en particulier le droit à l’éducation, le droit au logement et le droit à la ville.

André Béranger était resté fidèle au projet politique de la Villeneuve. Le regard tourné vers l’avenir, il considérait la Villeneuve comme un bien commun à défendre et à transmettre aux prochaines générations en préservant le logement populaire. Il a co-fondé l’association Villeneuve Debout au lendemain de l’été 2010, puis le collectif contre les démolitions et soutenu la mise en place de l’Atelier Populaire d’Urbanisme (APU).

André Béranger demeurera indéniablement une figure majeure de la Villeneuve comme en témoigne l’hommage qui lui a été rendu en plein confinement. La veille de sa mort, des dizaines d’habitants se sont réunis en entonnant des chansons engagés au rythme des percussions, scandant son prénom en apercevant sa silhouette à la fenêtre de son immeuble de la Galerie de l’Arlequin.

Une projection clin d’oeil à André a eu lieu vendredi 27 Novembre sur le 10 Arlequin (où André et Ariane ont habité de 1973 à 1980, juste au dessus de l’école des Charmes) en partenariat avec la Maison de l’image et Vidéogazette (https://www.videogazette.net)

DECEMBRE 2020: Relocalisons !

Le 4 décembre, les membres de l’équipe Exporterre en partenariat avec Transform’ ont lancé l’initiative « Relocalisons ! » qui propose d’imaginer la production locale d’une dizaine d’objets et de services de la vie quotidienne dans l’agglomération grenobloise pour qu’ils deviennent des biens communs. Cette initiative s’inscrit dans la continuité du travail mené par l’équipe Exporterre sur l’économie informelle dans les quartiers populaires.

Alors que dans le contexte de la crise sanitaire, sociale, économique et écologique, la relocalisation se présente aujourd’hui comme une évidence qui s’impose à tous, il s’agit désormais nécessaire de passer de l’idée à sa concrétisation. Cette première rencontre a permis de confirmer l’intérêt des partenaires et commencer à définir une liste d’une dizaine d’objets et de services qui seront travailler ensemble lors d’ateliers participatifs qui se dérouleront de janvier à avril 2021 pour identifier les compétences, réfléchir à l’éco-conception et au cycle de vie des objets et services.

Conclusion : Réflexion sur la santé, la dette et les communs urbains

A partir d’une perspective locale, les liens entre la santé, la dette et les communs urbains paraissent évident. L’enquête sur les impayés de loyers nous a permis de voir que 80% des habitants affirment avoir des difficultés financières depuis le début du confinement et 60% des habitants enquêtés ont subi des pertes de revenus. Il est probable que cette situation entraine une augmentation des dettes et nous savons que les dettes peuvent entrainer une spirale négative aboutissant à la dégradation de la santé. Lors du confinement, des actions de solidarité ont été mené entre voisins, soutenu par des communs numériques. L’idée de prendre soin de son quartier s’est diffusé, dans une vision élargie de l’idée de soin. Lorsque cela a été possible de ressortir au grand air, nous avons lancé des initiatives pour se réapproprier les communs urbains à travers des actions dans l’espace public et organiser des activités culturelles.

Au cours de cette période, certains d’entre nous ont été marqué par le décès de proches. A la Villeneuve, l’instituteur et militant André Béranger est décédé le 15 novembre 2020, au lendemain d’un hommage de ses amis et voisins. Malgré toutes les actions, nous sommes inquiets de l’impact de la crise sanitaire sur la santé des habitants, les difficultés d’accès aux soins et l’aggravation des conditions de vie. Nous constatons que malgré de nombreuses alertes, les bailleurs sociaux n’ont pas mis en place de dispositif spécifique pour aider les locataires qui ont des problèmes de santé. Nous remarquons également que beaucoup d’habitants ne reçoivent pas de réponse à leur demande d’obtenir un logement adapté.  Nous sommes inquiets pour les personnes âgées et les personnes isolées. Il est urgent de mettre la santé au centre de nos réflexions, de renforcer la prévention et l’accompagnement des familles dont l’un des membres peut être affectés par une maladie chronique ou grave. Au delà de la solidarité, nous proposons de réfléchir au lien santé et logement à travers une campagne d’interpellation de tous les acteurs : habitants, associations, centres de santé, personnel de santé, travailleurs sociaux service municipal de santé, CHU et les bailleurs sociaux pour réfléchir ensemble à une meilleure prise en compte de la santé des habitants.

Nous ne savons pas si le lien que nous avons fait au niveau local entre la santé, la dette et les communs urbains est transposable à d’autres échelles. Nous avons conscience que la mondialisation néolibérale a provoqué des coupes dans les services publics qui sont de plus en plus affaibli et que nous avons été obligé de nous organiser pour prendre en charge certaines actions. Mais, il est important d’être collectivement vigilant face au probable retour de l’austérité une fois la crise sanitaire terminée. Nous devons également tiré des apprentissages des évènements que nous sommes en train de vivre pour se préparer aux futures crises sociales, sanitaires, financières, économiques et climatiques. Dans ce marasme, nous souhaitons regardez l’horizon qui, nous le souhaitons, sera un Horizon en Commun.

CREDITS :
Rédaction : David Gabriel, Next Planning pour l’Assemblée des Communs de Grenoble . Contact :
planning@zaclys.net
Photos et Illustrations : p2, Benjamin Bultel, www.lecrieur.net ; illustration Next Planning, p4, Benjamin
Bultel www.lecrieur.net, illustration Next Planning, p6, photos Villeneuve Plage : Next Planning, p8 : photo
APU, anonyme, projection Clin d’oeil à André, photo Willy Lavastre, p9, logo Relocalisons, Next Planning.

Rencontre sur les liens entre recherche, expertise citoyenne et mouvements d’habitant-es

le vendredi 6 et le samedi 7 novembre 2020 par visioconférence

Inscription obligatoire via https://frama.link/6-7novembre

Présentation

Depuis plusieurs mois, l’AITEC et Planning réalisent un état des lieux sur les interactions entre la recherche, l’expertise citoyenne et les mouvements sociaux urbains. L’objectif est de produire une analyse des relations et des apports réciproques entre chercheur.e.s universitaires, académiques, bureaux d’études et mouvements citoyens inscrits dans des actions menées conjointement pour le doit à la ville et le droit au logement.

Cette rencontre d’un jour et demi vise à discuter collectivement cet état des lieux et élaborer ensemble des pistes pour renforcer les mouvements sociaux à partir des coopérations entre chercheurs et militants de terrain des luttes urbaines. La première journée sera consacrée à la présentation de cinq études de cas ponctuée par des discussions collectives. La seconde journée sera consacrée à élaborer des propositions et perspectives pour un agenda de la recherche-action urbaine.

Programme

Vendredi 6 novembre 2020

10h : Accueil et introduction par l’AITEC et PLANNING

10h20 : Intervention de Mohamed Mechmache, Pas Sans Nous

10h40 : La recherche-action avec les militant·es de l’habitat éphémère ou mobile avec HALEM

Présentation des relations entre chercheur·es et militant·es au sein d’Halem qui est une association composée de militant·es, de juristes, de communicant·es, d’usager·es adhérent·es et bénévoles uni·es par le sujet de l’habitat éphémère ou mobile.

11h30 : Recherche-action urbaine à la Villeneuve de Grenoble avec Next Planning

Présentation de plusieurs initiatives réunissant des chercheur·es, des associations et des habitant·es de la Villeneuve de Grenoble qui visent à renforcer la recherche-action urbaine et tentent d’ouvrir de nouvelles perspectives en faveur du Droit à la Ville.

12h20 : Pause

13h45 : Retour sur l’histoire de la recherche-action en dialogue avec le LISRA

Après un retour retrospective sur la recherche-action, nous entamerons un dialogue avec des membres du Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Action (LISRA) vise à revenir sur la pratique des tiers- espaces de l’action et de la recherche.

14h30 : Soutenir les luttes des habitants en région parisienne avec APPUII

APPUII est une association constituée de chercheur·es, professionnel·es, étudiant·es, membres d’associations locales et d’habitant·es qui interviennent à la demande d’habitant·es concerné·es par des projets urbains. En revenant sur l’histoire de ce réseau né d’une recherche-action, nous entamerons un dialogue sur les pratiques et pédagogies coopératives qui contribuent au renforcement des mobilisations des habitant·es.

15h20 : Alliance entre chercheur·es et militant·es dans la coordination Pas Sans Nous

Le collectif Pas sans Nous s’est voulu un syndicat des quartiers populaires en mesure de défendre les droits des habitant·es de ces quartiers soumis à l’arbitraire et à la ségrégation. Nombre d’associations de quartier se sont réunies dans ce collectif, inspirées par du rapport: « Pour une réforme radicale de la politique de la ville – ça ne se fera plus sans nous ». Cette présentation vise à analyser ce que produit la coopération entre chercheur.es et autres professionnel.les et militant.es au sein de cette organisation.

16h10 : Luttes et enquêtes sociales sur la transformation urbaine à Marseille avec Un Centre Ville pour Tous

Depuis une vingtaine d’années, l’association Un Centre Ville pour Tous se bat pour l’éradication du logement indigne et la réhabilitation des quartiers populaires de Marseille. Nous présenterons les pratiques de l’enquête sociale rassemblant des chercheur·es, militant·es et habitant·es au service des luttes urbaines et des pistes possibles pour de nouvelles recherche-action menée avec les habitants.

17h : Retour et synthèses avec le témoignage de François Menard (Plan Urbanisme Construction Architecture)

Samedi 7 novembre 2020

9h-12h : Propositions et perspectives pour la recherche-action urbaine

Après une première journée de présentation des études de cas, nous envisageons un dialogue entre les participants pour débattre des quatre questions posées au départ de la démarche :

  • Comment interagissent le monde de la recherche et les associations et collectifs d’habitant.es dans la construction des luttes ?
  • Comment se soutiennent et s’alimentent ces deux acteurs des luttes urbaines : qui sont-ils, quels outils, quels appuis, quels freins ?
  • Quelles sont les méthodes de recherche-action qui permettent aux organisations d’habitants de réellement participer à la gouvernance de la recherche urbaine ?
  • Quels sont les savoirs qui émergent des coopérations entre chercheurs et mouvements d’habitants ? Quelles sont les hypothèses de recherche ? Quelles contributions à l’agenda de recherche ?

Ces derniers échanges vise à construire des perspectives pour le renforcement des mouvements sociaux et de la recherche-action urbaine. Comment renforcer les liens entre chercheurs, militants et habitants ? Quels sont les besoins de recherche- action pour les mouvements d’habitants ? Quelles propositions pour contribuer à l’agenda de la recherche-action urbaine ?

Etats des lieux de la recherche-action urbaine

Présentation

Depuis plusieurs mois, l’AITEC et Planning réalisent un état des lieux sur les interactions entre la recherche, l’expertise citoyenne et les mouvements sociaux urbains. L’objectif est de produire une analyse des relations et des apports réciproques entre chercheur.e.s universitaires, académiques, bureaux d’études et mouvements citoyens inscrits dans des actions menées conjointement pour le doit à la ville et le droit au logement.

Ce séminaire de deux jours vise à discuter collectivement cet état des lieux et élaborer ensemble des pistes pour renforcer les recherches-actions du mouvement pour le Droit au logement et le Droit à la ville. La première journée sera consacrée à la présentation de cinq études de cas ponctuée par des discussions collectives. La seconde journée sera consacrée à élaborer des propositions et perspectives pour un agenda de la recherche-action urbaine.

Programme

Vendredi 6 novembre 2020

10h : Accueil et introduction par l’AITEC et PLANNING

10h30 : La recherche-action avec les militants de l’habitat éphémère ou mobile avec HALEM.

Présentation des relations entre chercheur.es et militants au sein d’Halem qui est une association composée de  militants, des juristes, des communicants, des usagers, adhérents et bénévoles unis par le sujet de l’habitat éphémère ou mobile.

11h30 : Alliance entre chercheurs et militants dans un syndicat des quartiers populaire avec la coordination Pas Sans nous

La rencontre avec la sociologue Marie-Hélène Bacqué et le militant Mohammed Mechmache pour l’élaboration d’un rapport pour une réforme radicale de la politique de la ville a aboutit à la création de la Coordination Pas Sans Nous qui se défini comme un syndicat des quartiers popuaires. Cette présentation vise à analyser les relations entre chercheurs et militants au sein de cette organisation.

14h : Dialogue sur la recherche-action avec le LISRA

Ce dialogue avec des membres du Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Action (LISRA) vise à revenir rapidement sur l’histoire de la recherche-action et la pratique des tiers-espaces de l’action et de la recherche.

14h30 : Luttes et enquêtes sociales sur la transformation urbaine à Marseille avec Un Centre Ville pour Tous

Depuis une vingtaine d’année, l’association Un Centre Ville pour Tous se bat pour l’éradication du logement indigne et la réhabilitation des quartiers populaires de Marseille. Nous présenterons notamment les pratiques de l’enquête sociale rassemblant des chercheurs, militants et habitants au service des luttes urbaines. Suivi d’une discussion collective.

15h20 : Soutenir les luttes des habitants en région parisienne avec le réseau APPUII

APPUII est une association constituée de chercheurs, professionnels, étudiants, membres d’associations locales et d’habitants qui interviennent à la demande d’habitants concernés par des projets urbains. En revenant sur l’histoire de ce réseau né d’une recherche-action, nous entamerons un dialogue sur les pratiques et pédagogies coopératives qui contribue au renforcement des mobilisations des habitants

16h15 : Recherche-action urbaine à la Villeneuve de Grenoble avec l’association Next Planning

Présentation de plusieurs initiatives réunissant des chercheurs, des associations et des habitants de la Villeneuve de Grenoble qui visent à renforcer la recherche-action urbaine et tentent d’ouvrir de nouvelles perspectives en faveur du Droit à la Ville.

17h : Synthèse

Samedi 7 novembre 2020

9h-12h : Propositions et perspectives pour la recherche-action urbaine.

Après une première journée de présentation des études de cas, nous envisageons un dialogue entre les participants pour construire des perspectives pour la recherche-action urbaine. Comment renforcer les liens entre chercheurs, militants et habitants ? Quels sont les besoins de recherche-action pour les mouvements d’habitants ? Il y a t-il une demande sociale de recherche-action ? Quelles sont nos propositions pour contribuer à l’agenda de la recherche-action urbaine ?

Webdoc sur le Commonscamp

300 personnes ont participé au premier Commonscamp organisé à Grenoble, du 22 au 26 août 2018, pendant l’université d’été rebelle et solidaire des mouvements sociaux et citoyens. Cette première édition abordait trois thématiques : les communs, le municipalisme et le droit à la ville.

Next Planning a réalisé un webdoc sur le Commonscamp avec le soutien du CRID et Remix the Commons .Ce parcours numérique vous propose de revenir sur cette expérience inédite. Découvrez des témoignages inspirants et rejoignez-nous pour les prochaines éditions !

https://uneseuleplanete.org/Le-Commonscamp-imaginer-la-ville-en-commun

Principe fondateurs de l’Alliance Internationale des Habitants

Les principes fondateurs, qui conduisent le travail de l’Alliance et constituent les règles de conduite pour tous les membres. Ils ont été adopté en 2003 à Madrid.

I. PREAMBULE

Nous, représentants : d’associations d’habitants ; de mouvements sociaux ; de communautés ; de locataires ; de propriétaires ; de sans-abri ; d’habitant de favelas ; de coopératives ; des quartiers populaires de différentes régions du monde; 
Devant faire face aux violations permanentes du droit à un logement adéquat et à une ville habitable ; 
Dans un contexte de mondialisation néo-libérale, qui privatise les services publics et les droits humains, qui augmente la ségrégation sociale, qui dégrade les relations humaines et en fait des marchandises ; 
1. Considéré que, afin de protéger nos droits à être des utilisateurs et des bâtisseurs de villes, nous ne pouvons pas nous limiter à une simple protection locale de nos revendications, alors qu’il y a des investissements immobiliers énormes, la construction d’infrastructures urbaine, le désinvestissement du secteur public en raison de la dette et des paramètres monétaires, des migrations, et des conflits qui détruisent les tissus relationnels des villes, et qui mettent en péril la sécurité de milliards de gens et la survie de la planète. 
2. Face à une telle situation et afin de construire et de fortifier les relations de solidarité, qui peuvent être efficaces et démontrer qu’un genre différent de relations humaines est possible, nous sommes résolus, dorénavant, à agir de façon coordonnée d’une manière horizontale et en toute coopération, et ce du niveau local au niveau global. 
3. Par conséquent, nous gardons à l’esprit les choses faites auparavant, les dynamiques et les initiatives développées dans divers endroits du monde, qui ont produit des déclarations et des principes que nous faisons notre, et qui ont fait l’occasion d’un moment important de synthèse et de réunion à l’occasion de la Première Assemblée des Habitants du Monde à Mexico en 2000. 
4. Nous tenons aussi compte des principes de la Convention Internationale sur les Droits Economique, Sociaux et Culturels (art.11) et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (art.25). 

 II. LES ACTEURS

1. L’Alliance que nous promouvons aujourd’hui est placée dans cet effort collectif de même que dans le processus de l’Assemblée Mondiale des Citoyens pour un Monde Responsable et Solidaire et celui du Forum Social Mondial, dont nous adoptons la devise « Un autre Monde est Possible ». 
2. L’Alliance est un réseau d’associations de base d’habitants et de mouvements sociaux territoriaux : un mouvement interculturel, autonome, indépendant, qui s’auto-gouverne, et disponible à se coordonner avec les associations similaires qui poursuivent les mêmes buts. 

3. L’Alliance est composée d’organisations sociales et de populations indigènes, et souligne l’importance des femmes dans la lutte sociale, dans le développement et dans les initiatives populaires initiées pour diminuer la pauvreté.

4. Les organisations non gouvernementales et les institutions de professionnels qui rejoignent l’Alliance ont comme objectif d’aider et de donner un soutien technique et promotionnel aux propositions et aux initiatives approuvées par les organisations et mouvements sociaux de l’Alliance, et de mettre en place une équipe technique spécialisée à cet effet.

III. PRINCIPES

Les principes fondateurs, qui conduisent le travail de l’Alliance et constituent les règles de conduite pour tous les membres sont: 
1. L’équité des genres, le développement social et écologique mis en oeuvre par les habitants, leurs associations et leurs mouvements, et par les pouvoirs publics à partir de l’urbain. 
2. La justice sociale, un attachement actif et solidaire aux mouvements sociaux qui luttent pour un logement et un habitat approprié. 
3. La promotion, la protection des droits globaux des habitants et de la lutte pour le changement social et pour le contrôle des pouvoirs locaux, nationaux et internationaux, comme le résultat d’un effort commun avec les autres secteurs sociaux. 
4. L’unité avec les autres mouvements sociaux progressistes respectant la diversité sociale, culturelle et politique reconnue comme étant un enrichissement. 
5. La tolérance, le multiculturalisme et le respect des rythmes des habitants comme option pratique de vie quotidienne et de travail collectif. 
6. La reconnaissance par les institutions locales, nationales et internationales de processus participatifs en matière de droit au logement, à la ville et à un habitat convenable, vus comme une valeur ajoutée dans le processus de négociation en matière de planifications et de développement de politiques urbaines publiques. 
7. L’autonomie du mouvement urbain populaire des pouvoirs politiques et institutionnels, qui est diversement exprimée par sa lutte, ses demandes et son auto-gouvernement. 

IV. OBJECTIFS

L’Alliance a tracé un programme à court, moyen et à long terme afin de : 
1. Encourager les associations et mouvements d’habitants qui n’ont pas de voix au niveau international afin qu’ils puissent en avoir une, lutter et s’en saisir. 
2. Coordonner et rendre visible, force et solidarité aux activités nationales et internationales des habitants et de leurs associations. 
3. Elaborer des propositions de changement social, qui peuvent suggérer des modifications substantielles de la situation en matière de logement et de ville afin de la transformer et de la rendre viable. 
4. Se battre pour la reconnaissance, l’application et la protection du droit au logement, à la ville et à un habitat correct. 
5. Se battre pour la matérialisation sans frontières des droits économiques, sociaux, politiques et culturels des habitants. 
6. Contribuer à la recherche de modèles de développement alternatif au néo-le libéralisme et à ses conséquences négatives pour les pays du monde entier, sur base d’un nouveau rôle principal du secteur public en relation avec la société civile. 

Madrid, 12 septembre 2003 

Le Groupe Porteur
· Cesare Ottolini, Président de Unione Inquilini, Italie (Coordinateur) 
· Giuseppe la Biunda, Président de la Coopérative Coralli, Italie 
· Jean-Baptiste Eyraud, Porte parole du Droit Au Logement (DAL) France 
· Guillermo Rodríguez Curiel, Coordinateur du Front Continental des Organisations Communales (FCOC), Mexique 
· Beatriz Granillo, Représentant de la Coordination Indépendante Emiliano Zapata, Mexique 
· Pedro Franco, Représentant de la République Dominicaine 
· Roger Muro, Secrétaire Général du Groupe des Initiatives Urbaines (GIU), Pérou 
· Edmundo Fontes, Représentant de la Confédération Nationale des Associations d’Habitants (CONAM), Brésil 
· Sidiki Daff, Président du Centre de Recherche Populaire pour l’Action de la Ville (CERPAC), Sénégal
Le Groupe de Soutien Technique
· Lilia Santana, AITEC, France 
· Paul Maquet Makedonski, CENCA, Pérou 
· Walter Heredia, PROCAM, Pérou 
· Yves Cabannes, Coordinateur PGU et UN-HABITAT Amérique latine et Caraïbes