Notre association s’inscrit explicitement dans les méthodes de l’advocacy planning pour faire émerger un « next planning ».

L’advocacy planning est une théorie urbanistique élaborée par Paul Davidoff dans le milieu des années 1960 aux États-Unis qui relève que l’urbaniste, tout en étant technicien, sert de fait les intérêts des groupes économiques sociaux et politiques les plus influents.

Pour résoudre ce problème, Davidoff propose de renforcer la démocratie locale en plaçant les techniciens urbanistes au service des communautés les plus défavorisées.

Toute une génération d’urbanistes est influencée par cette théorie. Ces nouveaux urbanistes ajoutent à leur fonction première celles de défenseurs des plus défavorisés dont ils font valoir les droits devant les municipalités, ainsi que de spécialistes des relations publiques et de l’organisation des communautés (community organizing).

Peu intégrés dans les rouages de l’administration locale ou régionale, cette nouvelle génération préfère travailler dans les community development corporations, associations chargées de faire valoir les intérêts des habitants du quartier où elles sont implantées.

Quelques expériences ont eu lieu en France avec la création de l’Atelier Populaire d’Urbanisme (APU) à Roubaix et dans d’autres villes.

Notre association poursuit cette tradition en prenant en compte les enjeux environnementaux et faisant émerger des méthodes du Next planning.

source image : Unknown – Original publication: Unknown Immediate source: Division of Rare and Manuscript Collections, Cornell University Library