Luttes de quartier et Droit à la Ville à Grenoble

Cet article fait partie d’une série partagée pour mettre en évidence les luttes militantes à travers l’Europe et la réponse de la base à la crise sanitaire et économique. Ces articles sont partagés en préparation de l’événement «Récupérer les biens communs: de l’austérité et de la dette à l’espace public et à la santé en tant que biens communs» qui aura lieu le mercredi 27 janvier 2021

Introduction

D’une crise à l’autre. De la crise économique de 2008 à la crise de Covid-19. Nous avons subi l’impact des coupes dans les services publics et nous avons vu les communautés et les militants réagir en créant des espaces d’entraide et d’auto-organisation pour prendre en charge collectivement les soins avec une conception inclusive du soin : non seulement en donnant accès aux services et équipements médicaux, mais aussi en offrant une solidarité sous forme de soutien psychologique, de défense contre la violence domestique, pour le logement et le maintien des revenus et pour un accès à la culture.La crise de la COVID-19 n’est pas seulement une crise de santé publique tout comme la crise économique ne sera pas seulement une crise de la dette. Séparer les deux est artificiel. Dans la perspective de l’évènement organisé en décembre 2020, il a été proposé aux participants du projet « Horizon Communs » de présenter des initiatives et de réflexion partagée sur les façons dont les militants se sont organisés en réponse à ces crises.
Nous avons essayé de rassembler quelques initiatives menées à Grenoble, plus particulièrement dans le quartier emblématique de la Villeneuve

MARS 2020: Solidarité de voisinage

La pandémie de COVID-19 s’est diffusée en France à partir du mois de mars 2020. Dès la mi-mars, tous les espaces publics ont été fermés pour confiner la population à domicile. La mise en place du confinement coïncidait avec le premier tour des élections municipales. Pendant deux mois, l’accès aux espaces publics étaient très réduits. Cette période a été marquée par une extraordinaire solidarité des habitants et une mobilisation exceptionnelle des services publics, en particulier dans le domaine de la santé.

A Grenoble, la première mobilisation des habitants a porté sur la réouverture des marchés pour assurer l’accès et le soutien aux producteurs locaux de fruits, légumes, œufs… Cette mobilisation s’est d’abord déclenchée sur les réseaux sociaux a été rapidement relayée par le maire de Grenoble qui a obtenue la réouverture des marchés dès la première semaine du confinement.

Des groupes d’entraides se sont mis en place à l’échelle des immeubles, des quartiers et de la ville. L’objectif était d’éviter que des personnes restent isolées, avec une attention particulière aux personnes âgées. Une multitude d’initiatives ont eu lieu : distribution de nourriture, confection de masque en tissu, courses pour des personnes âgées ou en mobilité réduite, soutien scolaire à distance, chorale d’habitants…

AVRIL 2020:Prendre soin de Villeneuve

Durant le confinement, notre espace public a pris d’autres formes. Evidemment, il y avait de nombreux échanges sur internet, mais nous avons remarqué également d’autres initiatives qui utilisaient la fenêtre comme un nouvel espace public. Comme le disait l’architecte Hundertwasser, les habitants ont un droit à la fenêtre.

A Grenoble comme ailleurs en Europe, les habitants se sont positionnés aux fenêtres pour applaudir l’ensemble du personnel de santé, chaque soir à 20h. A la Villeneuve de Grenoble, des habitants et plusieurs musiciens ont chanté tous les soirs à 18h depuis leurs balcons et leurs fenêtres. Cette initiative a été relayée par des médias locaux qui ont permis de diffuser une image positive du quartier. On pouvait entendre des chansons antifasciste comme Bella ciao et des chansons écrites par Marie Mazille et Franck Argentier qui a été fortement diffusé sur les réseaux sociaux.

Plus d’infos: https://www.lecrieur.net/au-170-la-musique-se-joue-confinement/ and https://www.youtube.com/watch?v=0w5eAOkkN18

Au delà de l’idée du « Droit à la Fenêtre », la notion de “prendre soin de notre quartier” a été exprimé comme un Horizon Commun à atteindre pour l’avenir. A partir de ce slogan, une soirée a été organisée pour construire des propositions face à la crise. Il s’agissait de soutenir et amplifier les initiatives d’entraide et de solidarité, de relayer la campagne sur le moratoire des loyers et des charges et de formuler des propositions pour imaginer l’avenir, prendre soin du quartier et favoriser le bien être des habitants dans cette période difficile.Au cours de cette rencontre, les habitants et associations ont pu partager de l’information sur les activités mutuelles.

De nombreuses initiatives de solidarité et d’entraide ont été présenté, par exemple en le soutien à des familles en difficultés oula diffusion d’activités culturelles. Pendant le confinement, Madame Ruetabaga et la Maison des idées ont par exemple réalisé, un petit kit à destination des enfants pour qu’ils produisent des livres. La salle se spectacle, l’Espace 600, a mené un projet intitulé “les personnes au bout du fil” tandis que des personnes du village Olympique ont proposé de réalisé des dessins dans la perspective d’une exposition collective.

MAI 2020:

Tout au long du confinement, des appels à la grève des loyers et des charges se sont multipliés. Le Droit au logement et les fédérations de locataires ont écrit au maire de Grenoble pour demander un moratoire des loyers au maire de Grenoble. Le groupe RIC Arlequin a diffusé le moratoire des loyers auprès de 1000 locataires de l’Arlequin. Par ailleurs, un appel à signature a été diffusé au sein des associations de Villeneuve pour apporter le soutien au moratoire. L’Alliance Citoyenne a mené une démarche complémentaire avec l’envoi d’une lettre aux élues pour demander la réduction et l’annulation des loyers et des charges de façons ciblée sur les familles qui ont des difficultés.
Lorsqu’il a été possible de se réunir dans l’espace public, les militants ont organisé des actions. Le samedi 30 mai, une quinzaine de personnes s’est réunie sur la place du marché de la Villeneuve avec un double objectif : parler de la campagne nationale pour un moratoire sur les loyers et donner le coup d’envoi d’une vaste enquête auprès des habitants de l’Arlequin sur leur perte de revenus pendant le confinement.

Campagne sur le moratoire des loyers

Comme l’a précise Raphaël Beth dans un article publié dans le Crieur de la Villeneuve : « Les bailleurs sociaux ont ouvert des démarches, au cas par cas, en cas de difficulté pour payer le loyer. Or, il faut pouvoir prouver sa perte de revenus pour bénéficier d’une aide. Quand ce sont des revenus informels, ce n’est pas possible de le faire. L’enquête, via des questionnaires à remplir, pourra montrer l’ampleur de la perte de revenus des locataires.» (Voir https://www.lecrieur.net/une-enquete-sur-les-pertes-de-revenu).

JUIN 2020

Plaidoyer pour le Droit à la Ville

Lors du premier tour des élections municipales en mars 2020, des organisations d’habitants de Grenoble, Lyon et Marseille ont initié la campagne « L’Agenda pour le Droit à la Ville » qui a permis de rassembler 350 propositions. La fin de cette campagne de plaidoyer avait été marquée par la mise en place du confinement qui coïncidait avec le premier tour des élections municipales.
Pour le second tour qui se déroulait le 28 Juin, les organisations d’habitants ont décidé de mener une nouvelle campagne de plaidoyer pour mettre en débat nos revendications pour la construction d’un agenda pour le droit à la ville. Pour répondre à cette crise, deux ensembles de propositions semblaient prioritaires :

– Un plan d’urgence pour le logement et la ville 

  • la suspension du loyer et des charges pour les familles en difficulté ,
  • l’interdiction des expulsions sans solution de relogement
  • un fonds de compensation pour les bailleurs et les services publics locaux impactés.

Ces mesures d’urgence sont à intégrer dans un plan exceptionnel pour le logement et la ville co-construit avec les habitant-e-s, dans le respect des règles environnementales, visant à

  • Inscrire l’objectif de 30% de logements sociaux pour 2030 dans le Plan local de l’habitat et à l’échelle des quartiers pour lutter contre la ségrégation urbaine,
  • augmenter substantiellement le nombre de place en hébergement pour répondre à l’objectif zéro personne à la rue.

–  La démocratisation de la fabrique de la ville 

Depuis des années, les organisations d’habitant-e-s exigent d’être associées à la fabrique de la ville. Malgré la réforme de la politique de la ville en 2014 qui a introduit le principe de co-construction, les changements concrets se font toujours attendre.

Pour remettre les habitants au centre de ces projets, nous demandons de:

  • Ouvrir à tous les citoyens et leurs représentants les instances techniques et politiques des projets urbains pour assurer la transparence de l’action publique et la véritable co-construction des projets.
  • Instaurer des instruments de démocratie directe, tel le référendum d’initiative citoyenne, pour favoriser l’expression réelle des premiers concernés.
  • Mettre en place des moyens financiers spécifiques, tels le fonds d’initiative citoyenne ou le 1% citoyenneté, pour doter les habitants des moyens nécessaires à une expertise indépendante et à la reconnaissance de leurs savoirs d’usage
  • Démocratiser le fonctionnement des bailleurs sociaux à travers la gestion urbaine de proximité et la co-construction des opérations de réhabilitation.
  • Réformer l’agence nationale de rénovation urbaine à partir d’un projet de loi pour renforcer la mise en œuvre de l’agenda pour le droit à la ville (voir annexe).

JUILLET & AOUT 2020: Réappropriation de l’espace public

Après ces longues semaines de confinement, tout le monde avait le désir de passer tout l’été au grand air, de discuter avec ses voisins à l’ombre d’un arbre, se détendre quelques heures et retrouver sa liberté !

Comme chaque année, un collectif d’association a propose de se rassembler autour du petit lac de la Villeneuve pour se réapproprier l’espace public, pour prendre soin de soi, des autres, de notre quartier, de notre ville. Tout au long de l’été, les associations de Villeneuve et d’ailleurs ont prévu des activités, des ateliers, des contes, des démonstrations, des spectacles, des concerts, une buvette pour se rafraichir et des petits plats à déguster.

Les habitants pouvaient venir seul ou en famille, avec ses voisins de 16h à 21h pour profiter des longues journées, des après-midis ensoleillées et des douces soirées d’été ! Si l’évènement a été un réel succès populaire avec plusieurs centaines de participants, il a également été marqué par plusieurs épisodes de violence. Dès le confinement, les associations avaient alertées sur la montée des violences domestiques qui risquaient de se répercuter sur l’espace public.

La présence des associations et des habitants dans l’espace public a permis de discuter de cette situation et se donner rendez vous à la rentrée pour la quinzaine de la non-violence.

OCTOBRE 2020: Quinzaine de la non-violence

A la rentrée 2020, les habitants et associations de la Villeneuve se sont retrouvés pour la quinzaine de la non-violence organisée depuis plusieurs années. Malgré les contraintes sanitaires qui a provoqué l’annulation de nombreux évènements, il a été possible d’organiser plusieurs initiatives dont une rencontre au café associatif « Le Barathym » visant à formuler des proposition pour réinventer la prévention avec les habitants.

Cette initiative propose de s’inspirer des méthodes du leadership civique de Bogota qui a permis une amélioration spectaculaire de la sécurité de la ville entre 1994 et 2003 (source EFUS.eu). La méthode de Bogota est de promouvoir la culture citoyenne, d’aider à résoudre pacifiquement les conflits entre les personnes, d’aider les groupes les plus vulnérables de la population, réduire les risques de délit et former des acteurs clefs de la communauté à l’élaboration d’une stratégie pour renforcer la participation citoyenne et la prévention.

L’objectif est de s’attaquer aux causes de la violence et de la délinquance. Les facteurs personnels et familiaux, l’exposition à la violence, la précarité du logement, l’environnement, la scolarisation et les conditions locales, et les inégalités constituent tous des facteurs de risque liés à la délinquance, souvent exacerbés par la présence de drogues et d’armes, et le manque de possibilités de réinsertion sociale.

NOVEMBRE 2020: Villeneuve Numérique

Comme lors du premier confinement, la démarche Villeneuve Numérique s’est mise en place pour soutenir les habitants, les associations et collectifs pour continuer leurs activités à distance et soutenir les démarches administratives, etc…
Cette démarche a permis de mettre en place des outils numériques libres à disposition d’un groupe de voisin, un comité d’immeuble, une association ou collectif. Les habitants pouvaient créer des dossiers partagés sur un nuage dédiée à la Villeneuve pour partager des document collaboratifs, partager des comptes-rendus et d’autres documents. Il s’agissait de voir dans quel mesure les communs numériques pouvaient venir en soutien des communs urbains durant la période de confinement.

NOVEMBRE 2020: Hommage à André Béranger

La crise du COVID est une période qui a été profondément marqué par le décès de membres de nos communauté, soit à cause du virus ou d’autres maladies. Les restrictions sanitaires ont obligé les familles à organiser des célébrations en petit comité. A la Villeneuve, les habitants ont rendu hommage à André Béranger, un pionnier de l’Arlequin, instituteur et militant de la Villeneuve de Grenoble qui a défendu les droits humains tout au long de sa vie, en particulier le droit à l’éducation, le droit au logement et le droit à la ville.

André Béranger était resté fidèle au projet politique de la Villeneuve. Le regard tourné vers l’avenir, il considérait la Villeneuve comme un bien commun à défendre et à transmettre aux prochaines générations en préservant le logement populaire. Il a co-fondé l’association Villeneuve Debout au lendemain de l’été 2010, puis le collectif contre les démolitions et soutenu la mise en place de l’Atelier Populaire d’Urbanisme (APU).

André Béranger demeurera indéniablement une figure majeure de la Villeneuve comme en témoigne l’hommage qui lui a été rendu en plein confinement. La veille de sa mort, des dizaines d’habitants se sont réunis en entonnant des chansons engagés au rythme des percussions, scandant son prénom en apercevant sa silhouette à la fenêtre de son immeuble de la Galerie de l’Arlequin.

Une projection clin d’oeil à André a eu lieu vendredi 27 Novembre sur le 10 Arlequin (où André et Ariane ont habité de 1973 à 1980, juste au dessus de l’école des Charmes) en partenariat avec la Maison de l’image et Vidéogazette (https://www.videogazette.net)

Projection en hommage à André Béranger (photo Willy Lavastre)

DECEMBRE 2020: Relocalisons !

Le 4 décembre, les membres de l’équipe Exporterre en partenariat avec Transform’ ont lancé l’initiative « Relocalisons ! » qui propose d’imaginer la production locale d’une dizaine d’objets et de services de la vie quotidienne dans l’agglomération grenobloise pour qu’ils deviennent des biens communs. Cette initiative s’inscrit dans la continuité du travail mené par l’équipe Exporterre sur l’économie informelle dans les quartiers populaires.

Alors que dans le contexte de la crise sanitaire, sociale, économique et écologique, la relocalisation se présente aujourd’hui comme une évidence qui s’impose à tous, il s’agit désormais nécessaire de passer de l’idée à sa concrétisation. Cette première rencontre a permis de confirmer l’intérêt des partenaires et commencer à définir une liste d’une dizaine d’objets et de services qui seront travailler ensemble lors d’ateliers participatifs qui se dérouleront de janvier à avril 2021 pour identifier les compétences, réfléchir à l’éco-conception et au cycle de vie des objets et services.

Conclusion : Réflexion sur la santé, la dette et les communs urbains

A partir d’une perspective locale, les liens entre la santé, la dette et les communs urbains paraissent évident. L’enquête sur les impayés de loyers nous a permis de voir que 80% des habitants affirment avoir des difficultés financières depuis le début du confinement et 60% des habitants enquêtés ont subi des pertes de revenus. Il est probable que cette situation entraine une augmentation des dettes et nous savons que les dettes peuvent entrainer une spirale négative aboutissant à la dégradation de la santé. Lors du confinement, des actions de solidarité ont été mené entre voisins, soutenu par des communs numériques. L’idée de prendre soin de son quartier s’est diffusé, dans une vision élargie de l’idée de soin. Lorsque cela a été possible de ressortir au grand air, nous avons lancé des initiatives pour se réapproprier les communs urbains à travers des actions dans l’espace public et organiser des activités culturelles.

Au cours de cette période, certains d’entre nous ont été marqué par le décès de proches. A la Villeneuve, l’instituteur et militant André Béranger est décédé le 15 novembre 2020, au lendemain d’un hommage de ses amis et voisins. Malgré toutes les actions, nous sommes inquiets de l’impact de la crise sanitaire sur la santé des habitants, les difficultés d’accès aux soins et l’aggravation des conditions de vie. Nous constatons que malgré de nombreuses alertes, les bailleurs sociaux n’ont pas mis en place de dispositif spécifique pour aider les locataires qui ont des problèmes de santé. Nous remarquons également que beaucoup d’habitants ne reçoivent pas de réponse à leur demande d’obtenir un logement adapté.  Nous sommes inquiets pour les personnes âgées et les personnes isolées. Il est urgent de mettre la santé au centre de nos réflexions, de renforcer la prévention et l’accompagnement des familles dont l’un des membres peut être affectés par une maladie chronique ou grave. Au delà de la solidarité, nous proposons de réfléchir au lien santé et logement à travers une campagne d’interpellation de tous les acteurs : habitants, associations, centres de santé, personnel de santé, travailleurs sociaux service municipal de santé, CHU et les bailleurs sociaux pour réfléchir ensemble à une meilleure prise en compte de la santé des habitants.

Nous ne savons pas si le lien que nous avons fait au niveau local entre la santé, la dette et les communs urbains est transposable à d’autres échelles. Nous avons conscience que la mondialisation néolibérale a provoqué des coupes dans les services publics qui sont de plus en plus affaibli et que nous avons été obligé de nous organiser pour prendre en charge certaines actions. Mais, il est important d’être collectivement vigilant face au probable retour de l’austérité une fois la crise sanitaire terminée. Nous devons également tiré des apprentissages des évènements que nous sommes en train de vivre pour se préparer aux futures crises sociales, sanitaires, financières, économiques et climatiques. Dans ce marasme, nous souhaitons regardez l’horizon qui, nous le souhaitons, sera un Horizon en Commun.

CREDITS :
Rédaction : David Gabriel, Next Planning pour l’Assemblée des Communs de Grenoble . Contact :
planning@zaclys.net
Photos et Illustrations : p2, Benjamin Bultel, www.lecrieur.net ; illustration Next Planning, p4, Benjamin
Bultel www.lecrieur.net, illustration Next Planning, p6, photos Villeneuve Plage : Next Planning, p8 : photo
APU, anonyme, projection Clin d’oeil à André, photo Willy Lavastre, p9, logo Relocalisons, Next Planning.

Luttes de quartier et Droit à la Ville à Grenoble

Introduction

D’une crise à l’autre. De la crise économique de 2008 à la crise de Covid-19. Nous avons subi l’impact des coupes dans les services publics et nous avons vu les communautés et les militants réagir en créant des espaces d’entraide et d’auto-organisation pour prendre en charge collectivement les soins avec une conception inclusive du soin : non seulement en donnant accès aux services et équipements médicaux, mais aussi en offrant une solidarité sous forme de soutien psychologique, de défense contre la violence domestique, pour le logement et le maintien des revenus et pour un accès à la culture.La crise de la COVID-19 n’est pas seulement une crise de santé publique tout comme la crise économique ne sera pas seulement une crise de la dette. Séparer les deux est artificiel. Dans la perspective de l’évènement organisé en décembre 2020, il a été proposé aux participants du projet « Horizon Communs » de présenter des initiatives et de réflexion partagée sur les façons dont les militants se sont organisés en réponse à ces crises.
Nous avons essayé de rassembler quelques initiatives menées à Grenoble, plus particulièrement dans le quartier emblématique de la Villeneuve

MARS 2020: Solidarité de voisinage

La pandémie de COVID-19 s’est diffusée en France à partir du mois de mars 2020. Dès la mi-mars, tous les espaces publics ont été fermés pour confiner la population à domicile. La mise en place du confinement coïncidait avec le premier tour des élections municipales. Pendant deux mois, l’accès aux espaces publics étaient très réduits. Cette période a été marquée par une extraordinaire solidarité des habitants et une mobilisation exceptionnelle des services publics, en particulier dans le domaine de la santé.

A Grenoble, la première mobilisation des habitants a porté sur la réouverture des marchés pour assurer l’accès et le soutien aux producteurs locaux de fruits, légumes, œufs… Cette mobilisation s’est d’abord déclenchée sur les réseaux sociaux a été rapidement relayée par le maire de Grenoble qui a obtenue la réouverture des marchés dès la première semaine du confinement.

Des groupes d’entraides se sont mis en place à l’échelle des immeubles, des quartiers et de la ville. L’objectif était d’éviter que des personnes restent isolées, avec une attention particulière aux personnes âgées. Une multitude d’initiatives ont eu lieu : distribution de nourriture, confection de masque en tissu, courses pour des personnes âgées ou en mobilité réduite, soutien scolaire à distance, chorale d’habitants…

AVRIL 2020:Prendre soin de Villeneuve

Durant le confinement, notre espace public a pris d’autres formes. Evidemment, il y avait de nombreux échanges sur internet, mais nous avons remarqué également d’autres initiatives qui utilisaient la fenêtre comme un nouvel espace public. Comme le disait l’architecte Hundertwasser, les habitants ont un droit à la fenêtre.

A Grenoble comme ailleurs en Europe, les habitants se sont positionnés aux fenêtres pour applaudir l’ensemble du personnel de santé, chaque soir à 20h. A la Villeneuve de Grenoble, des habitants et plusieurs musiciens ont chanté tous les soirs à 18h depuis leurs balcons et leurs fenêtres. Cette initiative a été relayée par des médias locaux qui ont permis de diffuser une image positive du quartier. On pouvait entendre des chansons antifasciste comme Bella ciao et des chansons écrites par Marie Mazille et Franck Argentier qui a été fortement diffusé sur les réseaux sociaux.

Plus d’infos: https://www.lecrieur.net/au-170-la-musique-se-joue-confinement/ and https://www.youtube.com/watch?v=0w5eAOkkN18

Au delà de l’idée du « Droit à la Fenêtre », la notion de “prendre soin de notre quartier” a été exprimé comme un Horizon Commun à atteindre pour l’avenir. A partir de ce slogan, une soirée a été organisée pour construire des propositions face à la crise. Il s’agissait de soutenir et amplifier les initiatives d’entraide et de solidarité, de relayer la campagne sur le moratoire des loyers et des charges et de formuler des propositions pour imaginer l’avenir, prendre soin du quartier et favoriser le bien être des habitants dans cette période difficile.Au cours de cette rencontre, les habitants et associations ont pu partager de l’information sur les activités mutuelles.

De nombreuses initiatives de solidarité et d’entraide ont été présenté, par exemple en le soutien à des familles en difficultés oula diffusion d’activités culturelles. Pendant le confinement, Madame Ruetabaga et la Maison des idées ont par exemple réalisé, un petit kit à destination des enfants pour qu’ils produisent des livres. La salle se spectacle, l’Espace 600, a mené un projet intitulé “les personnes au bout du fil” tandis que des personnes du village Olympique ont proposé de réalisé des dessins dans la perspective d’une exposition collective.

MAI 2020: Campagne sur le moratoire des loyers

Tout au long du confinement, des appels à la grève des loyers et des charges se sont multipliés. Le Droit au logement et les fédérations de locataires ont écrit au maire de Grenoble pour demander un moratoire des loyers au maire de Grenoble. Le groupe RIC Arlequin a diffusé le moratoire des loyers auprès de 1000 locataires de l’Arlequin. Par ailleurs, un appel à signature a été diffusé au sein des associations de Villeneuve pour apporter le soutien au moratoire. L’Alliance Citoyenne a mené une démarche complémentaire avec l’envoi d’une lettre aux élues pour demander la réduction et l’annulation des loyers et des charges de façons ciblée sur les familles qui ont des difficultés.
Lorsqu’il a été possible de se réunir dans l’espace public, les militants ont organisé des actions. Le samedi 30 mai, une quinzaine de personnes s’est réunie sur la place du marché de la Villeneuve avec un double objectif : parler de la campagne nationale pour un moratoire sur les loyers et donner le coup d’envoi d’une vaste enquête auprès des habitants de l’Arlequin sur leur perte de revenus pendant le confinement.

Comme l’a précise Raphaël Beth dans un article publié dans le Crieur de la Villeneuve : « Les bailleurs sociaux ont ouvert des démarches, au cas par cas, en cas de difficulté pour payer le loyer. Or, il faut pouvoir prouver sa perte de revenus pour bénéficier d’une aide. Quand ce sont des revenus informels, ce n’est pas possible de le faire. L’enquête, via des questionnaires à remplir, pourra montrer l’ampleur de la perte de revenus des locataires.» (Voir https://www.lecrieur.net/une-enquete-sur-les-pertes-de-revenu).

JUIN 2020:Plaidoyer pour le Droit à la Ville

Lors du premier tour des élections municipales en mars 2020, des organisations d’habitants de Grenoble, Lyon et Marseille ont initié la campagne « L’Agenda pour le Droit à la Ville » qui a permis de rassembler 350 propositions. La fin de cette campagne de plaidoyer avait été marquée par la mise en place du confinement qui coïncidait avec le premier tour des élections municipales.
Pour le second tour qui se déroulait le 28 Juin, les organisations d’habitants ont décidé de mener une nouvelle campagne de plaidoyer pour mettre en débat nos revendications pour la construction d’un agenda pour le droit à la ville. Pour répondre à cette crise, deux ensembles de propositions semblaient prioritaires :

– Un plan d’urgence pour le logement et la ville 

  • la suspension du loyer et des charges pour les familles en difficulté ,
  • l’interdiction des expulsions sans solution de relogement
  • un fonds de compensation pour les bailleurs et les services publics locaux impactés.

Ces mesures d’urgence sont à intégrer dans un plan exceptionnel pour le logement et la ville co-construit avec les habitant-e-s, dans le respect des règles environnementales, visant à

  • Inscrire l’objectif de 30% de logements sociaux pour 2030 dans le Plan local de l’habitat et à l’échelle des quartiers pour lutter contre la ségrégation urbaine,
  • augmenter substantiellement le nombre de place en hébergement pour répondre à l’objectif zéro personne à la rue.

–  La démocratisation de la fabrique de la ville 

Depuis des années, les organisations d’habitant-e-s exigent d’être associées à la fabrique de la ville. Malgré la réforme de la politique de la ville en 2014 qui a introduit le principe de co-construction, les changements concrets se font toujours attendre.

Pour remettre les habitants au centre de ces projets, nous demandons de:

  • Ouvrir à tous les citoyens et leurs représentants les instances techniques et politiques des projets urbains pour assurer la transparence de l’action publique et la véritable co-construction des projets.
  • Instaurer des instruments de démocratie directe, tel le référendum d’initiative citoyenne, pour favoriser l’expression réelle des premiers concernés.
  • Mettre en place des moyens financiers spécifiques, tels le fonds d’initiative citoyenne ou le 1% citoyenneté, pour doter les habitants des moyens nécessaires à une expertise indépendante et à la reconnaissance de leurs savoirs d’usage
  • Démocratiser le fonctionnement des bailleurs sociaux à travers la gestion urbaine de proximité et la co-construction des opérations de réhabilitation.
  • Réformer l’agence nationale de rénovation urbaine à partir d’un projet de loi pour renforcer la mise en œuvre de l’agenda pour le droit à la ville (voir annexe).

JUILLET & AOUT 2020: Réappropriation de l’espace public

Après ces longues semaines de confinement, tout le monde avait le désir de passer tout l’été au grand air, de discuter avec ses voisins à l’ombre d’un arbre, se détendre quelques heures et retrouver sa liberté !

Comme chaque année, un collectif d’association a propose de se rassembler autour du petit lac de la Villeneuve pour se réapproprier l’espace public, pour prendre soin de soi, des autres, de notre quartier, de notre ville. Tout au long de l’été, les associations de Villeneuve et d’ailleurs ont prévu des activités, des ateliers, des contes, des démonstrations, des spectacles, des concerts, une buvette pour se rafraichir et des petits plats à déguster.

Les habitants pouvaient venir seul ou en famille, avec ses voisins de 16h à 21h pour profiter des longues journées, des après-midis ensoleillées et des douces soirées d’été ! Si l’évènement a été un réel succès populaire avec plusieurs centaines de participants, il a également été marqué par plusieurs épisodes de violence. Dès le confinement, les associations avaient alertées sur la montée des violences domestiques qui risquaient de se répercuter sur l’espace public.

La présence des associations et des habitants dans l’espace public a permis de discuter de cette situation et se donner rendez vous à la rentrée pour la quinzaine de la non-violence.

OCTOBRE 2020: Quinzaine de la non-violence

A la rentrée 2020, les habitants et associations de la Villeneuve se sont retrouvés pour la quinzaine de la non-violence organisée depuis plusieurs années. Malgré les contraintes sanitaires qui a provoqué l’annulation de nombreux évènements, il a été possible d’organiser plusieurs initiatives dont une rencontre au café associatif « Le Barathym » visant à formuler des proposition pour réinventer la prévention avec les habitants.

Cette initiative propose de s’inspirer des méthodes du leadership civique de Bogota qui a permis une amélioration spectaculaire de la sécurité de la ville entre 1994 et 2003 (source EFUS.eu). La méthode de Bogota est de promouvoir la culture citoyenne, d’aider à résoudre pacifiquement les conflits entre les personnes, d’aider les groupes les plus vulnérables de la population, réduire les risques de délit et former des acteurs clefs de la communauté à l’élaboration d’une stratégie pour renforcer la participation citoyenne et la prévention.

L’objectif est de s’attaquer aux causes de la violence et de la délinquance. Les facteurs personnels et familiaux, l’exposition à la violence, la précarité du logement, l’environnement, la scolarisation et les conditions locales, et les inégalités constituent tous des facteurs de risque liés à la délinquance, souvent exacerbés par la présence de drogues et d’armes, et le manque de possibilités de réinsertion sociale.

NOVEMBRE 2020: Villeneuve Numérique

Comme lors du premier confinement, la démarche Villeneuve Numérique s’est mise en place pour soutenir les habitants, les associations et collectifs pour continuer leurs activités à distance et soutenir les démarches administratives, etc…
Cette démarche a permis de mettre en place des outils numériques libres à disposition d’un groupe de voisin, un comité d’immeuble, une association ou collectif. Les habitants pouvaient créer des dossiers partagés sur un nuage dédiée à la Villeneuve pour partager des document collaboratifs, partager des comptes-rendus et d’autres documents. Il s’agissait de voir dans quel mesure les communs numériques pouvaient venir en soutien des communs urbains durant la période de confinement.

NOVEMBRE 2020: Hommage à André Béranger

La crise du COVID est une période qui a été profondément marqué par le décès de membres de nos communauté, soit à cause du virus ou d’autres maladies. Les restrictions sanitaires ont obligé les familles à organiser des célébrations en petit comité. A la Villeneuve, les habitants ont rendu hommage à André Béranger, un pionnier de l’Arlequin, instituteur et militant de la Villeneuve de Grenoble qui a défendu les droits humains tout au long de sa vie, en particulier le droit à l’éducation, le droit au logement et le droit à la ville.

André Béranger était resté fidèle au projet politique de la Villeneuve. Le regard tourné vers l’avenir, il considérait la Villeneuve comme un bien commun à défendre et à transmettre aux prochaines générations en préservant le logement populaire. Il a co-fondé l’association Villeneuve Debout au lendemain de l’été 2010, puis le collectif contre les démolitions et soutenu la mise en place de l’Atelier Populaire d’Urbanisme (APU).

André Béranger demeurera indéniablement une figure majeure de la Villeneuve comme en témoigne l’hommage qui lui a été rendu en plein confinement. La veille de sa mort, des dizaines d’habitants se sont réunis en entonnant des chansons engagés au rythme des percussions, scandant son prénom en apercevant sa silhouette à la fenêtre de son immeuble de la Galerie de l’Arlequin.

Une projection clin d’oeil à André a eu lieu vendredi 27 Novembre sur le 10 Arlequin (où André et Ariane ont habité de 1973 à 1980, juste au dessus de l’école des Charmes) en partenariat avec la Maison de l’image et Vidéogazette (https://www.videogazette.net)

DECEMBRE 2020: Relocalisons !

Le 4 décembre, les membres de l’équipe Exporterre en partenariat avec Transform’ ont lancé l’initiative « Relocalisons ! » qui propose d’imaginer la production locale d’une dizaine d’objets et de services de la vie quotidienne dans l’agglomération grenobloise pour qu’ils deviennent des biens communs. Cette initiative s’inscrit dans la continuité du travail mené par l’équipe Exporterre sur l’économie informelle dans les quartiers populaires.

Alors que dans le contexte de la crise sanitaire, sociale, économique et écologique, la relocalisation se présente aujourd’hui comme une évidence qui s’impose à tous, il s’agit désormais nécessaire de passer de l’idée à sa concrétisation. Cette première rencontre a permis de confirmer l’intérêt des partenaires et commencer à définir une liste d’une dizaine d’objets et de services qui seront travailler ensemble lors d’ateliers participatifs qui se dérouleront de janvier à avril 2021 pour identifier les compétences, réfléchir à l’éco-conception et au cycle de vie des objets et services.

Conclusion : Réflexion sur la santé, la dette et les communs urbains

A partir d’une perspective locale, les liens entre la santé, la dette et les communs urbains paraissent évident. L’enquête sur les impayés de loyers nous a permis de voir que 80% des habitants affirment avoir des difficultés financières depuis le début du confinement et 60% des habitants enquêtés ont subi des pertes de revenus. Il est probable que cette situation entraine une augmentation des dettes et nous savons que les dettes peuvent entrainer une spirale négative aboutissant à la dégradation de la santé. Lors du confinement, des actions de solidarité ont été mené entre voisins, soutenu par des communs numériques. L’idée de prendre soin de son quartier s’est diffusé, dans une vision élargie de l’idée de soin. Lorsque cela a été possible de ressortir au grand air, nous avons lancé des initiatives pour se réapproprier les communs urbains à travers des actions dans l’espace public et organiser des activités culturelles.

Au cours de cette période, certains d’entre nous ont été marqué par le décès de proches. A la Villeneuve, l’instituteur et militant André Béranger est décédé le 15 novembre 2020, au lendemain d’un hommage de ses amis et voisins. Malgré toutes les actions, nous sommes inquiets de l’impact de la crise sanitaire sur la santé des habitants, les difficultés d’accès aux soins et l’aggravation des conditions de vie. Nous constatons que malgré de nombreuses alertes, les bailleurs sociaux n’ont pas mis en place de dispositif spécifique pour aider les locataires qui ont des problèmes de santé. Nous remarquons également que beaucoup d’habitants ne reçoivent pas de réponse à leur demande d’obtenir un logement adapté.  Nous sommes inquiets pour les personnes âgées et les personnes isolées. Il est urgent de mettre la santé au centre de nos réflexions, de renforcer la prévention et l’accompagnement des familles dont l’un des membres peut être affectés par une maladie chronique ou grave. Au delà de la solidarité, nous proposons de réfléchir au lien santé et logement à travers une campagne d’interpellation de tous les acteurs : habitants, associations, centres de santé, personnel de santé, travailleurs sociaux service municipal de santé, CHU et les bailleurs sociaux pour réfléchir ensemble à une meilleure prise en compte de la santé des habitants.

Nous ne savons pas si le lien que nous avons fait au niveau local entre la santé, la dette et les communs urbains est transposable à d’autres échelles. Nous avons conscience que la mondialisation néolibérale a provoqué des coupes dans les services publics qui sont de plus en plus affaibli et que nous avons été obligé de nous organiser pour prendre en charge certaines actions. Mais, il est important d’être collectivement vigilant face au probable retour de l’austérité une fois la crise sanitaire terminée. Nous devons également tiré des apprentissages des évènements que nous sommes en train de vivre pour se préparer aux futures crises sociales, sanitaires, financières, économiques et climatiques. Dans ce marasme, nous souhaitons regardez l’horizon qui, nous le souhaitons, sera un Horizon en Commun.

CREDITS :
Rédaction : David Gabriel, Next Planning pour l’Assemblée des Communs de Grenoble . Contact :
planning@zaclys.net
Photos et Illustrations : p2, Benjamin Bultel, www.lecrieur.net ; illustration Next Planning, p4, Benjamin
Bultel www.lecrieur.net, illustration Next Planning, p6, photos Villeneuve Plage : Next Planning, p8 : photo
APU, anonyme, projection Clin d’oeil à André, photo Willy Lavastre, p9, logo Relocalisons, Next Planning.