1 2 3

Vous êtes ici

Quel plan de sauvegarde pour les copropriétés de l'Arlequin?

0 Commentaires

En 2013 Un dispositif de l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (ANAH) a été mis en place pour la réhabilitation des copropriétés de l'Arlequin. Ce « plan de sauvegarde » a pour objectif « la restauration du cadre de vie des occupants et usagers d'un ensemble immobilier déterminé soumis au régime de la copropriété». Après une phase d'étude, il devait aboutir à un soutien financier de l’État pour engager des travaux de réhabilitation en complément du projet de rénovation urbaine.

Pour l'Arlequin, le « plan de sauvegarde » a été lancé à titre préventif le 6 mai 2013 par le préfet et l'ancien maire de Grenoble. Selon les techniciens, l'intérêt du dispositif est de disposer « d'un cadre adapté piloté par l'Etat », « d'un outil pour obtenir les meilleurs financements pour les travaux ». Il vise à produire une « démarche globale » mêlant expertise, information et action de formation des habitants .

Concrètement, le dispositif s'est décliné en une commission plénière et trois groupes de travail thématiques qui se sont réunis à de multiples reprises :

-Bâti pour discuter des différents volets du projet de réhabilitation,

-Juridique et foncier pour étudier la régularisation foncière et juridique, d'éventuelles scissions et redéfinir la mission des syndics,

-Social pour discuter de la solvabilité des copropriétaires, l'accompagnement des occupants et d'éventuels relogement.

Parallèlement, trois études ont été lancées (qui se rajoute aux très nombreuses études déjà existantes) :

-une enquête sur les ménages des copropriétés de l'Arlequin réalisé par EOHS et Habitat et Territoire Conseil,

-un audit sur la copropriété 60 et 120 galerie de l'Arlequin,

-une mission d'assistance à la programmation des travaux et à l'organisation de la maîtrise d'ouvrage 60/120 et 130/170 menée par le cabinet Paris.

Après deux ans de fonctionnement, nous constatons que le dispositif est trop rigide et vertical. De manière générale, la participation aux groupes de travail s'est limitée à la présence des professionnels et des responsables du conseil syndical. Prévu pour être ouvert à tous les habitants, le groupe de concertation « Habiter l'Arlequin », piloté par la ville de Grenoble a été abandonné au printemps 2014.

Pourtant, le plan de sauvegarde est un pivot du projet urbain de Villeneuve. Il concerne non seulement les copropriétés mais également l'ensemble des locataires qui habitent dans les logements du 60 et 170 galerie de l'Arlequin que ce soit dans le parc social (Actis, SDH) ou privé. C'est au sein de ces instances que sera discuté l'avenir du parc immobilier en lien avec les financements de l'ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine) qui impose le principe de co-construction (loi Lamy).

La confusion actuelle s'explique par la fragmentation du projet urbain. D'une part, elle est liée à la complexité intrinsèque de l'Arlequin (panachage des logements...) et d'autre part aux multiples conflits qui n'ont jamais été négociés entre l'ancienne municipalité, les habitants et les différentes équipes de la maîtrise d’œuvre, contrairement aux recommandations élémentaires de mise en œuvre d'un projet urbain. Aujourd'hui, il est urgent recréer de la cohérence entre l'ensemble des opérations concernant Villeneuve.

La « cohérence », qui veut dire littéralement « adhérer ensemble », doit être recréée « par le bas », c'est à dire avec les locataires, les copropriétaires, les associations, les professionnels proches du terrain etc... Surtout qu'il existe à Villeneuve de très nombreuses ressources : certains habitants connaissent mieux les enjeux et les usages de l'Arlequin que n'importe quels « experts », il existe un atelier populaire d'urbanisme et des universités compétentes dans le domaine (école d'architecture, institut d'urbanisme...)

Pour faire avancer la situation de manière constructive, nous demandons :

a. Un accès libre et complet aux données nécessaires à la décision, pour tous les habitants et les associations sans distinction, qu'ils participent à l'Atelier Populaire d'Urbanisme ou d'autres instances, dans le respect du principe d'information et de formation des habitants prévu par le plan de sauvegarde et la co-construction

b. La mise en place le plus rapidement possible d'une maison du projet, qui fonctionne comme le « centre de communication » de la semaine de co-construction pour être un véritable lieu ressource.

b. Une évaluation « apprenante » et collective de l'opération du 40 et 50 galerie de l'Arlequin. D'une part, car elle sert de référence aux discussions et d'autre part, car elle a été conçue comme une expérimentation avant de généraliser les interventions à l'ensemble du parc. Cette évaluation permettrait par exemple d'évaluer si la « restructuration lourde » était vraiment nécessaire...

c. Une esquisse des différents scénarios d'évolution du bâti correspondant aux moyens des différents acteurs en présence, et en tenant compte des différents intérêts (des bailleurs, des locataires, des copropriétaires, des personnes âgées...) pour construire le scénario qui correspond le mieux aux intérêts du plus grand nombre.

C'est toutes ces questions que nous souhaitons discuter lors de l'assemblée de l'Atelier Populaire d'Urbanisme du 8 octobre 2015.

RESSOURCES DISPONIBLES
(sur simple demande à asso.planning(a)gresille.org ou se munir d'une clef USB pendant l'Atelier Populaire d'Urbanisme)

Plan de Sauvegarde :

-Diaporama 6 mai 2013, Lancement de la commision de plan de sauvegarde des copropriétés de l'Arlequin
-CR séance du 9 Juillet 2013, Groupe de travail « Bati – typologie SDH »
-CR Commission plénière de plan de sauvegarde, 25 novembre 2013
-CR Atelier Participatif du 7 novembre, Habiter l'Arlequin
-Restitution de l'enquête ménages des copropriétés de l'Arlequin, GT février 2014
réalisé par EOHS et Habitat et Territoire Conseil

Projet urbain :

-Bilan de la semaine de co-construction, printemps 2015
-Projet urbain stratégique et démocratie de l'APU, première version, septembre 2013
-Programme Crique Nord, Crique Centrale, Equipement Jeunesse, Centre de Santé
-Projet Lion, Actualisation du Schéma de Cohérence urbaine, juillet 2011
-Projet Interland et Lacaton et Vassal et études Bazar Urbain, 2010
-Convention ANRU1 2008, et avenants
-Etudes cabinet Lion, Juillet 2007
-Projet Lion,Schéma de Cohérence Urbaine, juin 2004

Document demandé : (à ce jour ces documents nous ont été refusé)

-Tous les documents concernant le plan de sauvegarde, y compris les CR de réunions, des plénières et des GT
-Audit de la copropriété 60-120 galerie de l'Arlequin
-Document de la mission d'assistance à la programmation des travaux et à l'organisation de la maîtrise d'ouvrage copropriété 60/120 et 130/170 galerie de l'Arlequin (cabinet Paris?) (CM 30 Juin 2014)
-Contrat de ville signé le 9 Juilet 2015

Contact : asso.planning (a) gresille.org
Document en copyleft, n'hésitez pas à diffuser autour de vous !