1 2 3

Vous êtes ici

Vers un éco-quartier populaire ?

0 Commentaires

ECO-QUARTIER POPULAIRE

La Villeneuve, par vocation, a toujours été un Eco-Quartier.

Des bâtiments privés et sociaux, éloignés de la circulation automobile, proches du tram, et construits autour d'un grand parc.

On peut l'améliorer par l'isolation thermique des bâtiments, l'installation de modules solaires et bien d'autres innovations.

Mais détruire de très bons bâtiments pour en reconstruire une partie ailleurs, est-ce Eco-responsable ? N'est pas plutôt détruire une partie de notre éco-quartier ?

Nous voyons bien qu'il y a un écart entre le discours et la réalité. Dans les faits, tout ne se passe pas comme dans la charte Eco-quartier !

Nous ne sommes pas dupes !

Un Eco-Quartier qui se fait sans nous se fait contre nous

Nous réjouissant que nos élus veuillent mettre en œuvre un processus participatif de pilotage et une gouvernance élargie créant les conditions d'une mobilisation citoyenne. (engagement 2), construisons ensemble réellement le projet de renouvellement urbain. Si cet engagement est sincère alors que nos propositions soient étudiées et réellement pris en compte. Au moment de la signature de la charte Ecoquartier, nous avons quelques questions :

Que répondez-vous aux 2000 grenoblois qui se sont opposés au projet de démolition du 10/20 Arlequin qui veulent eux aussi que les projets répondent aux besoins de tous en s'appuyant sur les ressources et les contraintes du territoire (engagement 1). Comment est il possible de soutenir un projet de démolition qui est bien plus coûteux que la réhabilitation (engagement 3).

Il est évidemment important d'évaluer le projet à toutes les étapes avec l'ensemble des personnes concernées (engagement 5). Toutefois, comment comprendre la poursuite des projets de démolition alors que l'impact social de la démolition du 50 était très négative ? Où sont les démarches d'évaluation et de prises en compte des dysfonctionnements ?

La réhabilitation de tous les immeubles de la Villeneuve est évidemment nécessaire pour refaire la ville sur la ville et lutter contre l'étalement urbain (engagement 6). Mais ne pensez-vous pas que les projets de démolition soient responsables d'une division profonde des habitants, en particulier entre copropriétaires et locataires, alors qu'il est évidemment nécessaire de mettre en œuvre les conditions du vivre-ensemble et de la solidarité (engagement 7).

Nous savons tous que la qualité de l'air à la Villeneuve est supérieure aux autres quartiers de Grenoble et qu'il est nécessaire de préserver ce cadre de vie sûr qui intègre les enjeux de santé (engagement 8), en préservant aussi les logements sociaux pour éviter les évictions.

Pensez vous sincèrement que le projet de renouvellement actuel valorise le patrimoine, l'histoire et l'identité de la Villeneuve (engagement 10) alors qu'il s'attaque clairement à l'un d'un fleuron de l'urbanisme français ?

Où est le véritable projet de développement territorial (engagement 11) à la hauteur des enjeux de la lutte contre la pauvreté et le chômage ? Où sont les véritables filières d'avenir de production accompagné des centres de formation adéquats ? Pensez vous que le projet d'écoquartier soit compatible avec l’agrandissement du centre commercial de Grand Place à quelques minutes de la Villeneuve qui aura nécessairement un impact sur les commerces de proximité déjà exsangues ?

Villeneuve est déjà très bien desservis en transport collectif (ligne 1 de tramway avec 3 arrêts desservant la Villeneuve et plusieurs lignes d'autobus) mais où sont les projets de mobilités douces (engagement 14) ? D'autre part, la transition numérique d'un écoquartier ne nous semble pas compatible avec la ville intelligente qui est un slogan des multinationales ni avec les compteurs Linky imposés aux habitants (engagement 15). D'autres voies sont possibles !

Produire un urbanisme permettant d'anticiper et de s'adapter aux risques et aux changements climatiques (engagement 16) nécessiterait d'associer l'ensemble des habitants à l'élaboration de l'écoquartier et non de les diviser comme c'est le cas actuellement. Nous sommes convaincus de l'importance des textes de référence (ODD, Habitat 3...) mais au delà des discours, ces accords doivent être réellement mise en œuvre dans la réalité et les projets doivent être modifiés lorsqu'ils ne correspondent pas aux engagements.

En clair, en donnant au Président l'autorisation de signer la charte Eco-quartier, lui donnez-vous aussi l'autorisation de démolir le 10, 20, 60 sud, 90, 100, 110 et 120 de l'Arlequin où demandez vous l'arrêt de ces démolitions pour être cohérent et éco-responsable ?

Ce texte a été écrit par des habitants et membres du collectif contre les démolitions imposés en novembre 2018 puis distribué aux élus de la Métropole à l'occasion de la signature de la charte écoquartier.