1 2 3

Conférence de presse de l'ANRU : ce qui se fait sans les habitants, pour les habitants, se fait le plus souvent contre eux

0 Commentaires

Conférence de presse du 4 octobre 2018

Une conférence de presse était organisé par la métropole de Grenoble et la préfecture pour présenter les conclusions du comité d'engagement de l'ANRU. Une vingtaine de citoyens grenoblois et membres du collectifs contre les démolitions imposées étaient présent pour exprimer leurs réactions (voir ci-dessous). En tant qu'acteurs majeurs de ce projet, ils sont demandés une prise de parole qui leur a été refusé.

Réaction du collectif contre les démolitions imposées à l'avis du comité d'engagement du 11 Juillet 2018

Le collectif contre les démolitions imposées a pris connaissance de l'avis du comité d'engagement du 11 Juillet 2018 de l'ANRU qui contient les recommandations pour la finalisation de la convention
pluriannuelle de renouvellement urbain.

Cet avis confirme le projet de démolition du 20 Galerie de l'Arlequin alors que celui ci fait l'objet d'une mobilisation des habitants. Nous rappelons que les ateliers de co-construction n'ont pas permis de trouver un consensus alors que plus de 2000 personnes ont signé une pétition contre la démolition aboutissant à un débat en conseil municipal en Juin 2018.

Par ailleurs, l'avis du comité d'engagement indique que la réhabilitation du 10 galerie de l'Arlequin n'a pas été retenue par l'ANRU, nous demandons donc un engagement clair du bailleur en vue de la réhabilitation de cet immeuble. Nous rappelons que le projet de réhabilitation du 10-20 Galerie de l'Arlequin est moins couteux qu'une démolition-reconstruction. La CDC Habitat (anciennement SCIC Habitat) s'était d'ailleurs
engagé à réhabiliter cet immeuble lors de son achat en 2013 à des prix très favorables.

Nous souhaitons enfin exprimer une vive inquiétude concernant la stratégie dite de « diversification et de désenclavement » de la crique centrale de la Villeneuve, c'est à dire des immeubles 60 sud, 90, 100 Nord, 110 et 120. L'avenir des ces immeuble semble conditionnés à des arbitrages réalisé d'ici 2021. Il nous semble clair que derrière ce vocabulaire et ces procédures technocratiques, l'ANRU souhaite étudier de nouvelles démolitions.

C'est pourquoi nous demandons une rencontre avec les élus de Grenoble pour discuter des résultats de ce comité d'engagement et présenter les solutions que nous avons élaboré collectivement pour éviter les
démolitions.