1 2 3

Vous êtes ici

Lecture mouvementée du texte du collectif contre les démolitions imposées en séance du conseil métropolitain

0 Commentaires

Après un rassemblement devant le conseil de la métropole (aux côtés du collectif Neyrpic) plusieurs membres du collectif ont souhaité interpeller les 124 conseillers métropolitains concernant la délibération sur le bilan de la concertation réglementaire de la rénovation urbaine à la Villeneuve. Comme il est d'usage, nous avons demandé la parole au président de séance pour lire le texte, ce qui nous a été refusé. Les membres du collectif ont alors décidé de lire à haute voix le texte ci-dessous mais ont été interrompu à plusieurs reprises par les agents de sécurité.

LA PARODIE DE CONCERTATION A LA VILLENEUVE DE GRENOBLE ET D'AILLEURS N'EST PAS DANS L’INTÉRÊT DE LA METROPOLE ET DE SES HABITANTS.

Aujourd'hui, les conseillers métropolitains vont délibérer, entre autres, sur la rénovation urbaine des Villeneuve en particulier pour l'approbation du bilan de la concertation réglementaire. Cette concertation réglementaire s’est déroulée du 8 décembre 2017 au 6 mars 2018 ; nous espérions dans le but de partager les enjeux et les objectifs du projet avec les habitants

Nous, le collectif contre les démolitions imposées à la Villeneuve de Grenoble, affirmons devant les 124 conseillers métropolitains et face à la presse que cette parodie de concertation est contraire à l'esprit de la loi Lamy de février 2014 qui instaure le principe de co-construction.

En effet, depuis le lancement du projet ANRU les habitants de l'Arlequin et du Village Olympique sont pris au dépourvu et mis devant le fait accompli :

- Premièrement, au 10/20 galerie de l'Arlequin, le bailleur SCIC Habitat - qui a racheté l'immeuble à prix cassé - a commencé à vider l'immeuble de ses habitants dès 2014 alors qu’une promesse a été faite aux habitants d’une réhabilitation exemplaire. Nous vous informons qu'à ce jour, il n'existe toujours pas de charte de relogement négociée et signée.

- Deuxièmement, les habitants ont appris le projet de démolition du 10/20 Galerie de l'Arlequin lors d'une réunion publique en décembre 2016 sans discussion préalable. Cette démolition a été annoncée comme inévitable alors que depuis les quatre arguments principaux (coût, sécurité, ouverture, mixité) ont été réfutés par l'expertise citoyenne "Construire Ensemble" lors d’ateliers hebdomadaires.

- Troisièmement, la délibération d'aujourd'hui ne mentionne pas les prises de position de "la Table de Quartier VO VN" dont celle pour une reconnaissance des besoins du Village Olympique et celle contre la démolition du 10/20 Galerie de l'Arlequin. Pourtant, la table de quartier est l'instance de co-construction reconnue par le préfet et les partenaires du contrat de ville. Nous déplorons également que les déclarations de deux de ses membres, contre la démolition du 10/20 Galerie de l'Arlequin et pour dénoncer la non prise en compte du Village Olympique, ne figurent pas dans le Compte Rendu de janvier 2018 du comité de pilotage de l’ANRU.

Pour toutes ces raisons, nous appelons les conseillers métropolitains à reporter ou différer l'approbation du bilan de concertation et d’exiger que soit corrigée cette absence d'une véritable co-construction pour respecter la loi Lamy de février 2014.

Comme il est évoqué dans la délibération les orientations d'aménagements proposés dans le plan-guide ne sont pas unanimement partagées (p 31).

Il est de la responsabilité du Conseil Métropolitain de construire un projet partagé et négocié, capable de créer une dynamique positive pour les habitants afin de faire face, ensemble, aux enjeux sociaux, économiques et environnementaux de ce secteur stratégique pour la métropole.

Grenoble, le 6 avril 2018