1 2 3

Vous êtes ici

Bilan de la semaine sur le Droit à la Ville et perspectives

0 Commentaires

Cette soirée s'est déroulée le vendredi 16 Mars de 18h à 20h à la Salle Rouge, 15 Rue des Arts et Métiers (Bouchayet Viallet)

Introduction

L'objectif de cette soirée était de faire un bilan de la semaine et de discuter des perspectives du Droit à la Ville à Grenoble. Les 8 panneaux réalisés lors des ateliers de la semaine étaient disposés tout autour du petit collectif formé pour l'occasion. Nous avons alors passé en revue les évènements pour tenter de dégager une évaluation basée sur les points forts, les faiblesses, opportunités et menaces (librement inspiré du cadre SWOT).

Bilan de la préparation de la semaine

Nous sommes revenus sur la genèse de cette semaine. Dès septembre 2017, des messages ont circulé dans divers réseaux dans le but d'organiser des activités autogérées autour des 50 ans du Droit à la Ville. A Grenoble, il a été envisagé de poursuivre la dynamique de l'année dernière. Plusieurs sujets se sont dégagés : la rénovation urbaine, la gentrification, les communs urbains & les luttes des migrants. IL y a eu plusieurs réunions de préparation. Certains évènements n'ont pas pu se faire comme prévus mais ont été maintenus (soirée sur les luttes des migrants, soirée finale).

Bilan de la soirée d'ouverture

Cette première rencontre a permis le passage de relais avec l'année dernière avec la présentation de la publication sur « Le Droit à la Ville ».

Malgré la présence au sein de l'Institut d'Urbanisme et de Géographie Alpine (IUGA), les étudiants et les professeurs n'étaient pas présents. Visiblement, ils n'ont pas relayé l'information et ne se sont pas saisis de cette semaine pour aborder le Droit à la Ville. Pourtant, cet institut a été créé par Jean Verlhac qui était un fervent partisans des thèses d'Henri Lefebvre. Un héritage trop lourd à porter ? Il a été remarqué que cette situation est à l'image de la crise de l'université dans son ensemble.

Bilan de l'Arpentage

C'était un exercice d'éducation populaire. Il nous a manqué de temps et les participants ont trouvé le Droit à la Ville difficile à lire. Il faudrait une version simplifiée ou se concentrer sur certains passages (le programme du Droit à la Ville ?). Pourquoi pas une conférence gesticulée (il y en a une qui existe déjà). On pourrait insister sur la valeur d'usage et la valeur marchande. Ce travail pourrait être repris par l'université populaire de la Villeneuve de Grenoble.

Bilan de la soirée contre les démolitions

La lutte contre les démolitions a été ressenti comme difficile. La Villeneuve continue d'avoir une image négative chez les grenoblois c'est pourquoi les propositions de type « raser la Villeneuve » ou « démolir des logements sociaux » trouvent un certain écho. La Villeneuve est une sorte de bouc-émissaire du territoire.

Inquiétude sur les processus de pensée et le manque de réflexion de fond. Grégory Busquet rappelle que la politique de la ville et la politique de l'ANRU qui vise à « casser le ghetto », ça ne marche pas. Critique du concept de mixité sociale : le projet politique et pédagogique de la Villeneuve c'est pas seulement habiter les uns à côté des autres mais surtout transformer les rapports sociaux en menant ensemble des projets concrets. Nécessité de réinterroger le projet de loi « égalité et citoyenneté » qui freine l'accès aux logements sociaux pour les nouvelles populations (lien avec la soirée sur les luttes en faveur des migrants).

Bilan de la soirée Droit des Migrants – Droit à la Ville

Le programme suivait une certaine logique. La convergence entre les luttes des quartiers populaires et le Droit des migrants est indispensable mais il a manqué de liens concrets entre St Bruno et la Villeneuve.

La réflexion sur le rôle renouvelée des unions de quartier est à creuser. Actuellement l'accueil des migrants n'est pas un sujet pour les unions de quartier mais on pourrait essayer de le faire émerger.

Approfondir la question des politiques d'hospitalité ; les écoles, l'alimentation : manger ensemble c'est important ! Mener des actions de plaidoyer en direction des villes pour faire émerger de nouvelles politiques publiques de l'hospitalité ! Importance du langage, des langues. Réflexion sur le concept de « Grenoble ville ouverte ». Expérimentation

Bilan sur la Balade au Village Olympique

(à compléter)

Bilan sur les ateliers sur les Communs Urbains

Besoin de continuer à faire émerger des alternatives.
Poursuivre les liens avec la transition sociale, écologique et démocratique.
Intérêt de la méthode : « communauté, ressource, gouvernance ».

Perspectives 

Sur cette soirée de bilan/conclusion de la semaine hier à la salle rouge, il y a eut plusieurs envies d'exprimer :

- des envies de se donner la possibilité de rendez-vous prochains/ponctuels pour continuer à croiser les chants et les regards

- des envie de renouveler des rencontres sur le droits à la ville pour nourrir, étoffer, soutenir, la/les propositions de l'an prochain... pour aussi peut-être que ça fasse moins triste !! de se compter si peu...

- des envies/propositions de lire et/ou relire henri lefebvre à plusieurs, avec des idées d'arpentages , de déplacements

- un article d'un collègue de Paris8 auquel amandine pensait " Le Droit à la Ville : une expérimentation urbaine par le bas" de Louis Staritzky

- de continuer d'échanger sur la question des migrants et des politiques de la ville

- d'explorer le thème de l'économie du temps comme une économie précieuse, nécessaire et à défendre dans nos existences

- continuer de s'alerter sur la place de la pensée et de la pratique pour soutenir la création de projets individuels et politiques vivants et non uniquement applicationnistes et/ou issus d'une dérive purement gestionnaire et administratrice...

-et puis comment aller à la rencontre de l'autre avec l'idée de soutenir une pensée analytique ou critique sans exacerber des rejets de classes ou de culture, comment rencontrer l'autre, inévitablement différent... ??

-et quid, de comment trouver à faire et créer des pas de côté..

-je vous partage une petite vidéo d'animation que vous connaissez peut-être et à laquelle j'ai pensée en rédigeant ce terme "pas de côté"... La révolution des crabes https://vimeo.com/68229464